Jacques Grinevald

Jacques Grinevald

Epistémologue et historien du développement scientifique et technologique, Jacques Grinevald est membre de la Geological Society of London, et du Anthropocene Working Group (Commission Internationale de Stratigraphie, sous-commission du Quaternaire). Chercheur transdisciplinaire, Jacques Grinevald développe sa pensée autour de trois figures : l’ingénieur militaire Sadi Carnot (1796-1832), pionnier de la thermodynamique, le savant russe Vladimir Vernadsky (1863-1945), créateur de la biogéochimie et du concept moderne de Biosphère, et l’économiste mathématicien roumano-américain Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994), dont il a édité, avec le professeur Ivo Rens, les thèses bioéconomiques sous le titre de La Décroissance: entropie-écologie-économie (1ère éd. 1979, 2ème éd. revue et augmentée 1995. 3ème éd. 2006). Il a compilé une monumentale somme chrono-bibliographique intitulée Penser et repenser la révolution industrielle, encore inédite, qui revisite toute l’historiographie de la Révolution Industrielle à la lumière du concept de révolution thermo-industrielle, depuis Sadi Carnot (1824) et Joseph Fourier (1824). Il a publié La Biosphère de l’Anthropocène. Pétrole et Climat, la double menace, Repères transdisciplinaires 1824-2007, Georg éditeur-Éditions Médecine & Hygiène, Genève, Suisse, 2007. Il prépare une nouvelle version entièrement revue, corrigée et augmentée à paraître début 2013.

Articles

L’Anthropocène a-t-il été anticipé ?

Les savants du passé qui parlèrent de “l’âge de l’homme” le firent en termes d’influences humaines sur “la face de la Terre” et non le Système Terre. Bien plus, les précédentes conceptions sont associées à une intelligibilité évolutionniste linéaire de l’expansion de l’influence géographique et écologique de l’humanité, tandis que l’Anthropocène représente une rupture radicale avec […]

Le concept d’Anthropocène et son contexte historique et scientifique

Parler de l’Anthropocène, du débat actuel sur l’Anthropocène, autrement dit to make short a long story, sans trop de références scientifiques (in English only), c’est un exercice qui me semble particulièrement difficile. Le débat est actuellement en pleine effervescence, et je suis embarqué dans cette galère !