Nos sociétés ont développé un mode de production alimentaire qui consomme environ 10 calories d’énergie pour chaque calorie déposée dans l’assiette. Au-delà de l’agriculture biologique et de l’agriculture paysanne, la permaculture ouvre une troisième voie : ce qui la rend unique, c’est sa capacité à simuler des écosystèmes. L’idée de base de la permaculture est de créer des écosystèmes comestibles.

Un aménagement permaculturel des territoires

Agnès Sinaï - Séminaire du 25 mars 2016 juin 2016

La permaculture, au-delà du design d’un lieu, peut-elle devenir un instrument d’aménagement des territoires ? Si on assume que le fait la descente énergétique est inévitable, que nous allons vers l’effondrement, que nous sommes confrontés à une liquéfaction des métropoles… toute cette dégradation catabolique des territoires… la « tempérance permaculturelle » peut-elle nous servir à envisager cette transition à […]

Nourrir l’Europe en temps de crise

Vers des systèmes alimentaires décentralisés novembre 2013

Avec la multiplication des crises économiques et sociales, l’aggravation du réchauffement climatique, la généralisation des pollutions, la détérioration irréversible des écosystèmes et la fin de l’ère des énergies fossiles bon marché, l’Europe risque d’être confrontée avant 2030 à des chocs systémiques déstabilisants. Les systèmes alimentaires industriels européens, pourront-ils dans ces conditions se maintenir en l’état […]

La révolution permaculturelle

Séminaire du vendredi 14 décembre 2012 par Agnès Sinaï décembre 2012

La permaculture n’est pas seulement une autre façon de jardiner, c’est une vision du futur post-industriel, dans lequel il faudra réapprendre à vivre avec moins d’énergie, de manière plus locale et plus sobre. Boîte à outil de réparation des sols, elle donne la mesure de la finitude et le dessein d’une descente énergétique conviviale. Révolution […]

Microfermes en permaculture

Par Jérôme Dehondt octobre 2012

Une nouvelle génération de paysans s’installe actuellement pour pratiquer une forme innovante d’agriculture biologique, peu mécanisée et appliquant les principes de la permaculture. De toute petite taille (de l’ordre d’un hectare environ), très productives, leurs fermes pionnières apportent des réponses à de nombreux problèmes contemporains.

La permaculture pour préparer l’après-pétrole

août 2011

Selon les termes de l’inventeur du mot « permaculture », Bill Mollison, la permaculture est une méthode de création d’environnements humains durables. Le mot lui-même est une contraction non seulement d’agriculture permanente mais aussi de culture permanente, car les cultures ne peuvent survivre longtemps sans une base d’agriculture durable et une éthique de l’utilisation des sols[1]. L’objet […]