4 mars 2018

Cités-jardins, communs et biorégions en Ile-de-France : une utopie pour 2050

Séminaire du 19 janvier 2018 par Thierry Paquot

Et si les premières cités-jardins de la région parisienne servaient de référence pour de nouvelles cités-jardins, toutes réunies en une farandole de lieux habitables permettant à différentes biorégions urbaines de se concrétiser ? L’urbanisation de l’Île-de-France peut être réorientée de telle manière à ce que plusieurs biorégions urbaines s’y déploient en créant des entités territoriales de grande qualité environnementale, des villes-paysages soucieuses d’ économies d’énergie, de la décroissance des déplacements, d’une relative autonomie alimentaire, d’un métabolisme urbain maîtrisé, d’une réelle amitié entre les humains et le monde vivant, d’architectures avec des matériaux réemployés, des logements et des jardins partagés, une constante participation des habitants. Comment rendre possible ce qui apparaît inaccessible ?

Je ne suis ni futurologue, ni prospectiviste, ni économiste, pas plus qu’urbaniste, néanmoins comme observateur du « fait urbain planétaire », j’essaie d’adopter une méthode rétro-prospective, afin de lire le présent à l’aune du passé et de saisir dans le présent le futur déjà là, sachant toutefois que ce qui advient ne résulte pas nécessairement de ce qui précède, pas plus que ce qui est identique n’est semblable…Muni de ces deux conseils méthodologiques, je tente d’écologiser mon propos et d’élaborer une simulation sans aucune prétention statistico-académique sur d’éventuelles reconfigurations territoriales. Big n’est pas obligatoirement beautiful et la décroissance urbaine put être envisagée parmi les scénarios dont il nous faut débattre (« Y a-t-il une ‘bonne’ taille pour les villes ? », Silence, n°457, juin 2017). Certes la tendance lourde, et mondiale, est celle de la non-ville entourée de non-campagne qui répond aux exigences du productivisme, mais il existe d’autres avenirs territoriaux à imaginer et à orienter. La mégalopolisation n’apparait pas comme fatale, du moins, elle peut être associée à d’autres modalités d’urbanisation moins stigmatisantes que la bidonvillisation et les gated communities qui l’accompagnent ordinairement. Historiquement, la dénonciation de la trop grande agglomération urbaine (congestionnée, polluée, inhumaine, désarticulée, ségréguée…) est récurrente, de même que les expérimentations de villages agro-artisanaux (colonies owenienes, fouriéristes, cabétistes, libertaires au Nouveau Monde au cours du XIXe siècle, Utopies et utopistes, La Découverte, nouvelle édition, 2018).

De l’exode rural à l’exode urbain

Le poète belge Émile Verhaeren a le sens de la formule, il publie coup sur coup trois recueils de poèmes aux titres éloquents : Les Campagnes hallucinées (1893), Les Villes tentaculaires (1895) et Les Aubes (1898), repris régulièrement dans la presse et les discours politiques. Il y décrit les profondes transformations qui affectent alors la Belgique, pays exportateurs de bien manufacturés. La mécanisation de l’agriculture, combinée à la surpopulation des campagnes, provoque l’exode rural, avec la désertification de certains villages et la constitution de quartiers surpeuplés aux abords des usines. Si, à l’époque de Jean-Jacques Rousseau, les grandes villes affichaient un taux de mortalité supérieur à celui des campagnes, l’hygiénisme va progressivement inverser la tendance au cours du siècle suivant, isoler la pauvreté urbaine dans des taudis indignes et améliorer, pour la plupart des citadins, leurs conditions de vie. Ce sont les causes, les formes et les conséquences de l’exode rural qu’étudie Émile Vandervelde (1866-1938) dans un ouvrage particulièrement bien informé et original, L’Exode Rural et le Retour aux Champs (première édition en 1903, seconde édition entièrement revue, chez Félix Alcan en 1910). L’expression – ô combien puissante – d’exode rural, est alors peu usitée, on la trouve comme titre d’un livre de Peter Anderson Graham, The Rural Exodus, The Problem of The Village and The Town (1892, London, Methuen) que mentionne Émile Vandervelde, elle désigne le mouvement migratoire né de l’attractivité des villes, des transports mécaniques et de la surpopulation des campagnes. Il rappelle que de nombreux « réformateurs » défendent l’idée d’une cohabitation de l’industrie et de la campagne, comme Robert Owen, Charles Fourier ou encore Constantin Pecqueur. Ce dernier dans Des intérêts du commerce, de l’industrie et de l’agriculture, et de la civilisation en général, sous l’influence des applications de la vapeur (1839) écrit : « Les voies nouvelles de communication vont renouer l’alliance naturelle et si féconde des diverses branches de l’activité humaine. Les campagnes vont se faire un peu villes et les villes un peu campagnes ; les chemins de fer, les canaux et les bateaux à vapeur, en rapprochant, par une vitesse extraordinaire, les distances naturelles de l’espace entre les villes et les villages, rapprocheront infailliblement aussi des distances qui les séparent. » (tome 1, p.121)

Émile Vandervelde se réjouit de l’exode industriel qu’il observe en Belgique, en France, en Allemagne, aux États-Unis et principalement en Grande-Bretagne, avec deux cas emblématiques : le déménagement en 1887 de la fabrique de savons de William Heskett Lever, de Liverpool à Port-Sunlight, et en 1896 de la chocolaterie de George Cadbury, de Birmingham à Bournville. Il fait état du jeune mouvement des cités-jardins initié par Ebenezer Howard, qui publie en 1898, Tomorrow : A Peaceful Path to Real Reform et de l’analyse territoriale du prince russe, géographe et anarchiste, Piotr Kropotkine, qui dans Fields, Factories and Workshops (1899) annonce des villes-territoires, des villes-paysages, avec des maisons dispersées dans une nature complice. Émile Durkheim rend compte du livre d’Émile Vandervelde dans L’Année sociologique, 1902-1903 (p.658-662), en résume la thèse ainsi : « La solution proposée par l’auteur consiste à urbaniser de plus en plus la campagne, et si l’on peut se permettre ce barbarisme, à ruraliser la ville. » Il lui souhaite bien du plaisir, avant de lui reprocher de sous-estimer les « inconvénients moraux des grandes agglomérations ». « Il y a dans la grande ville, note-il, une absence ou une insuffisance de contrôle moral ; par suite, les tendances à l’immoralité sont moins fortement contenues, en même temps qu’elles sont plus fortement sollicitées par l’intensité même de la vie urbaine. » L’exode urbain qu’imagine Émile Vandervelde doit stopper l’exode rural et rééquilibrer les populations dans les territoires, pour cela, il faut que les campagnes offrent d’excellentes conditions de vie et toutes les activités urbaines, tandis que les villes assouplissent leur densité et accordent à la nature une place beaucoup plus importante. « Mais, avec le progrès des moyens de transports, confie-t-il, cette situation se modifie : la ligne de démarcation entre les villes et les campagnes perd de sa rigidité ; politiquement et économiquement, urbains et ruraux deviennent égaux, sinon en fait, du moins en droit. Les murailles des villes sont démolies. Les barrières d’octroi commencent à tomber. Les relations se multiplient entre citadins et campagnards. Dès à présent, il apparaît comme vraisemblable que les cités de l’avenir seront bien moins des centres d’habitation que des agglomérations de monuments, des lieux de réunion ou de travail, des rendez-vous d’affaires, de plaisirs et d’études. » Il reprend la description que William Morris fait de Londres dans ses News from nowhere (1890) : « Le palais du Parlement a été converti en dépôt d’engrais. Trafalgar Square est un grand verger. Le ciel n’est plus assombri par les fumées industrielles. La Tamise ne roule plus ses eaux salies par les déjections d’une agglomération monstrueuse. Le plat pays s’est couvert de cottages ; on se rencontre dans les villes, mais on habite dans les campagnes. » Il le sait : « (…) les campagnes de l’avenir ne ressemblent plus aux campagnes du ‘bon vieux temps’. Ceux qui les habitent n’ont rien de commun avec les paysans de La Bruyère : ils ont passé par les villes ; ils restent en contact permanent avec elles ; ils sont retournés aux champs, mais en y transportant les avantages d’une transformation sociale, dont la centralisation urbaine a été la condition préalable et le facteur décisif. » Un rien lyrique, il conclut : « Avant que les Aubes se lèvent, il a fallu que les Villes tentaculaires fassent le vide dans les Campagnes hallucinées. »

Plus d’un siècle après, je dois admettre que ces idées étaient généreuses et audacieuses et qu’elles étaient, incontestablement, portées par de réelles forces politiques rassemblant des individus convaincus de la nécessité de rompre avec la ville surpeuplée, polluée, dangereuse et surtout profondément inégalitaire (même les propriétaires des taudis réclamaient un loyer exorbitant) et avec la campagne reculée, inculte, bornée comme un champ rectiligne. En cela, l’idée d’urbaniser les territoires et les esprits, c’est-à-dire d’y apporter une culture urbaine reposant sur la diversité des attitudes et comportements, la pluralité des créativités et des expérimentations, l’affirmation des valeurs d’en-commun (là où les communaux avaient été violement éradiqués depuis le XVIe siècle pour l’Angleterre) et l’adoption de manières-d’être-au-monde plus hospitalières, allait dans le sens d’une communauté ouverte respectueuse de chacune et de chacun pour le bien de tous. Émile Vandervelde ambitionnait non pas seulement d’inverser le flux migratoire mais d’urbaniser des villages afin qu’ils puissent recevoir des citadins, ces ouvriers des usines avoisinantes qui au lieu de s’entasser dans des logements à la promiscuité incontestable pourraient retaper des maisons de bourg, des fermes villageoises, réactiver l’économie locale, donner aux agriculteurs des débouchés, ouvrir de nouvelles classes, créer tout un milieu culturel, relier les villages-urbains entre eux par un réseau de tramways (il préconisait un titre mensuel accessible à toutes les bourses), réduire le temps de travail sur quatre jours (40h, quand même !) pour « libérer » trois jours pleins à ces nouveaux habitants redécouvrant la nature… Était-ce trop idéaliste ? Contraire aux intérêts du capitalisme ? À mille lieux des principes politiques de la droite et de la gauche, qui alternait sans jamais se remettre en cause ? L’exode industriel est resté cantonné à quelques filières de sous-traitants et a été remplacé par la délocalisation dans les anciennes colonies…

Cités-jardins

Les cités-jardins ne se sont guère multipliées et seules les deux premières : Letchworth conçue par Raymond Unwin et Barry Parker en 1903 et Welwyn dessinée par Louis de Soissons en 1919 ; et une poignée d’autres éparpillées en Belgique, Hongrie, Autriche, Allemagne et France, méritent encore le détour, bien que la plupart d’entre elles sont devenues des ensembles résidentiels, alors que la cité-jardin aurait pu préfigurer l’écopolis qu’il reste à inventer, avec son imbrication agriculture bio/artisanat/services à la personne… Au sein des vastes mégalopoles, comme à l’arrière de villes-dortoirs, l’on trouve des maisons isolées dans un territoire aux mailles lâches, est-ce l’échec d’une urbanisation contrariée ? Comment les relier entre elles ? Comment les assembler en une unité urbaine ? Ces questions attendent leurs réponses.

En France, c’est à l’initiative du Musée Social, créé en 1894, qu’un jeune juriste et journaliste Georges Benoit-Lévy (1880-1970) est envoyé en Grande-Bretagne pour enquêter sur les cités-jardins. Il en rapporte un reportage passionnant, La cité-jardin, publié en 1904 avec une préface de l’économiste Charles Gide (1847-1932), théoricien du coopératisme. Il décrit Port Sunlight et Bournville avant d’expliciter la théorie d’Howard et d’explorer les cités-jardins, où ce qui y ressemble, en Amérique, Australie, Russie, Allemagne, Belgique, Hongrie, etc. Pour la France, il évoque les ancêtres comme Villeneuvette, que l’on doit à Colbert, ou Euville près de Commercy, La Briche près de Blois… Il annonce également la création de l’Association des Cités-Jardins avec des membres prestigieux, comme Charles Gide, Jean Lahor, André Lichtenberger, Jules Siegfried et des architectes, Frantz Jourdain, Sarrazin, Sauvage et Viet… Plus tard, il écrit Cités-Jardins d’Amérique, L’Enfant des cités-jardins et La ville et ses images, dans lesquels il récapitule ses observations et en propose une philosophie générale. Dans le dernier il note que « La banalité, l’uniformité de la ville moderne, ont créé une sorte d’internationalisation de la laideur. » Avant d’affirmer que « Ce qu’il faut en réalité à nos villes, c’est une personnalité. » Et d’en arriver à la promotion de la cité-jardin… Comme d’autres propagandistes de la cité-jardin, il accepte également la version linéaire, inspirée de Soria y Mata (1844-1920), au lieu d’un déploiement radioconcentrique, nous avons une succession de « bandes » parallèles le long de la ligne de tramway, épine dorsale de cette urbanisation, la bande la plus éloignée est réservée à l’agriculture. Les cités-jardins à la française ne correspondent pas au modèle imaginé par Howard. Nous trouvons aussi bien des ensembles pavillonnaires édifiés par un patron « social » (cité ouvrière jardinée, comme à Noisiel), une compagnie de chemin de fer (« cité de cheminots »), un élu bâtisseur (Henri Sellier à Suresnes), un bailleur (à nouveau Sellier, à la tête de l’Office public d’Habitations à Bon Marché de la Seine, Drancy, Stains, Genneviliers, Arcueil, Chatenay-Malabry, Le Plessis-Robinson…). La cité-jardin devient une banlieue-jardin avec parfois de petits immeubles (comme ceux de l’architecte Dumail au Prés-Saint-Gervais), mais toujours une abondance d’arbres, de haies, de pelouses, de massifs floraux…

En Allemagne, l’idéal de la « cité-jardin » va dans certains cas être dévoyé et servir un antisémitisme avoué, comme avec Theodor Fritsch (1852-1933), pour qui ce village aryen représente l’antidote au cosmopolitisme que favorise la grande ville, là, les « vrais » Allemands n’ont pas à craindre un mélange racial (en épousant une juive, par exemple). Plus tard d’autres formes urbaines seront également récupérées par le parti Nazi, comme celles du technocrate Walter Christaller… Mais il existe aussi des réussites, comme à Strasbourg avant que cette ville ne redevienne française. Au Japon un groupe de fonctionnaires signe en 1907 Den’en toshi (la « ville agreste »). Ont-ils lu l’ouvrage d’Howard ? Certainement pas, ils se sont plutôt inspirés de Garden Cities in Theory and practice (1905) d’A.R. Sennett. Pour eux la cité-jardin réalise l’interpénétration des jardins privés et des parcs publics et surtout valorise la présence d’agriculteurs. Selon Augustin Berque, à mieux les lire, l’on constate que ce n’est pas tant la « ville » qui préoccupe les auteurs mais l’administration locale et l’éducation des habitants en faveur du mode de vie campagnard propre au Japon, qui en définitive, n’a que faire à imiter l’Europe… Finalement, la « cité-jardin » japonaise consiste en cette « banlieue-jardin » tant décriée par Lewis Mumford. L’idéal politique d’une ville entière en relation avec ses campagnes s’estompe au mieux au profit d’un quartier planté…En Amérique Latine, la cité-jardin (et aussi la cité-linaire) trouve un bon terrain d’expérimentation, en Argentine, en Uruguay, au Brésil, au Pérou, au Mexique, là où les actions des hygiénistes avaient prospéré, mais elle sera souvent victime des dictatures… Une géohistoire critique des cités-jardins reste à écrire qui, à la fois, s’articulerait à l’appréciation raisonnée des théories urbanistiques et à une approche environnementale de l’urbanisation des territoires et des mœurs. Ainsi seulement pourrons-nous apprendre si cette expérience politique et urbaine renouvelle l’idéal qui la portait et s’autorise d’heureuses continuités…

Région et régionalisme

C’est en 1911 que Jean Charles-Brun (1870-1946) publie Le Régionalisme (Bloud et Cie éditeurs) dans lequel le Délégué général de la Fédération Régionaliste Française dénonce l’excès de centralisation de la France et l’abusive suprématie de Paris, dans tous les domaines, avant de magnifier les trois « caractères propres du régionalisme », à savoir qu’il est une méthode, une discipline et un essai de conciliation. Le mot « régionalisme » date de 1892, il revendique la décentralisation et adhère au fédéralisme proudhonien, tout en acceptant un large éventail de conceptions, allant de l’anarchisme à Charles Maurras, auteur en 1898 de L’Idée de Décentralisation, en passant par Frédéric Mistral, Maurice Barrès et Charles Le Goffic… Jean Charles-Brun distingue « déconcentration » et « décentralisation » : « (…) déconcentrer, explique-t-il, c’est transférer aux agents du pouvoir central, pour la commodité et la rapidité, un certain nombre des attributions dudit pouvoir central. Décentraliser, c’est développer les pouvoirs locaux au détriment du pouvoir central. » Je constate que la Ligue nationale pour la décentralisation est fondée par Charles Bauquier en 1895, ce député radical du Doubs est aussi un folkloriste qu’on retrouve en 1901 à la présidence de la Société pour la protection des paysages de France, accordant ainsi la défense du patrimoine à la décentralisation. Jean Charles-Brun rassemble dans l’Appendice III de son livre, 28 propositions de découpage de la France en régions, échelonnées de 1851 à 1911, qui maintiennent ou non les départements, 21 relèvent d’initiatives personnelles et 7 de parlementaires. En note, il en ajoute deux qu’il vient de découvrir, celle de Charles Noyer (1886, six grandes régions) et celle de Ch. Garriguet (1899, trente départements). Auguste Comte suggère 17 « intendances » regroupant des départements (« Paris » comprend la Seine et la Seine-et-Oise, « Nantes » rassemble l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Inférieure, le Morbihan, les Côtes-du-Nord et le Finistère, « Clermont » associe la Loire, l’Ardèche, le Puy-de-Dôme, le Cantal, la Haute-Loire et la Lozère, etc.), Frédéric Le Play imagine 13 « Provinces », La Tour-du-Pin-Chambly délimite 16 « Gouvernements provinciaux », Paul Vidal de La Blache opte pour 17 « Régions »… Bernard Barraqué, dans un article passionnant « Région, régionalismes et aménagement » (Strates, n°6, 1992), confirme l’apport de Jean Charles-Brun, qui considère le régionalisme comme un jeu entre « tradition et progrès », « individu et État », « particularisme et patriotisme », d’où sa valorisation de la mutuelle et des associations et autres formes de coopération, et aussi de la famille. Le régionalisme pour lui n’est pas un hymne nostalgique à une région idéalisée et conservatrice, mais une volonté de contrer Paris, en modernisant l’économie de chaque région, afin d’y garder leurs habitants et les encourager à veiller aux valeurs locales tout en créant de nouvelles dans la continuité d’une longue histoire. C’est ce qu’il pense encore sous Vichy lorsqu’il participe à la Commission des provinces devant mettre en place une assemblée régionale.

À la Libération, le cadre départemental n’est pas remis en cause, bien qu’hérité de 1789 et déjà obsolète, il triomphe et semble irréformable. Aussi Edgar Faure, Président du Conseil tente de le contourner en inventant des « programmes d’action régionale » inscrits dans la planification sous le nom de « Régions de programmes » (décret du 30 juin 1955), au nombre de 19, puis de 22 par un arrêté du 28 novembre 1956. C’est un premier pas vers une simplification du fameux millefeuilles administratif (les ministères n’ont pas les mêmes découpages territoriaux…). Serge Antoine est chargé d’établir la carte des régions ce qu’il fait à la fin de 1959, c’est alors à la toute jeune Cinquième République de l’amender. Bernard Barraqué souligne les équivoques des divers mouvements régionalistes qui au nom de la régionalisation se révèlent ici de « droite » et là de « gauche », pour conserver cette opposition dorénavant illisible, et de mentionner Paris et le désert français (1947) de Jean-François Gravier, Décoloniser la province (1966) de Michel Rocard, Pour une France fédérale. Ver l’unité européenne par la révolution régionale (1968), de Pierre Fougeyrollas (6 régions et une nouvelle capitale, Franceville, tout au milieu de l’hexagone !), La Révolution régionaliste (1967) de Robert Lafont, Régionaliser la France (1969) d’Yves Durrien ou encore Le Pouvoir régional (1971) de Jean-Jacques Servan-Schreiber… Un demi-siècle après, les régionalistes sont atones. Existent-ils encore ? Ils n’ont pas manifesté lors de la réduction du nombre de régions, ils n’ont pas réclamé un quelconque droit à la culture régionale et à ses langues, comme si d’un côté, la globalisation submergeait tous les « pays » et leurs habitants en les uniformisant peu ou prou et d’un autre côté, un État, de plus en plus soumis à l’eurotechnocratie, imposait des normes, règles, techniques administratives pensées à Bruxelles sans aucun lien avec les réalités spécifiques des territoires en cours. Un territoire n’existe pas en soi, comme un legs de la géographie ou de l’histoire, il n’est pas donné, il résulte d’une relation, à chaque fois différente, entre une population et un site. Or cette relation s’avère processuelle, autant dire toujours inachevée et changeante, à l’instar du monde organique qui la compose et des modifications technico-communicationnelles qui affectent tout individu et tout milieu. La région ne s’inscrit plus seulement dans une dynamique locale – agencement de villes, villages, hameaux et de leurs campagnes respectives…-, mais dans l’enchevêtrement d’intentions localisées et réseautées portées par des citoyens qui espèrent du local plus qu’ils ne croient en un sursaut démocratique national.

Ville-région

C’est vraisemblablement la lecture d’un article du géographe Elisée Reclus (1830-1905) qui incite Patrick Geddes (1854-1932) à prendre en considération les transformations qui remodèlent toute ville, « The Evolution of Cities » (Contemporary Review, 67, 1895) et lui souffle l’idée que toute ville est un organisme vivant, ayant à la fois une dimension écologique et une autre humaine, ce qu’il représentera, en 1909, dans un diagramme montrant une Valley section avec les données physiques, naturelles, techniques, géographiques… C’est cette étude-type d’une vallée qu’il transpose à la « région », au sens géographique mais aussi botanique et zoologique du terme. Patrick Geddes est un drôle de personnage, à la fois biologiste (formé par Thomas Huxley, fier partisan de Darwin), botaniste (il travaillera avec Charles Flahault), zoologue (aux côtés de Henri de Lacaze-Duthiers), sexologue, pédagogue et inventeur des « études urbaines » (je refuse de le qualifier d’« urbaniste », ce qui réduirait considérablement son apport). Il ouvre la première « université d’été » (summer meeting) en 1887 (la dernière se tiendra en 1900), réhabilite une vieille tour d’Edinbourg en Outlook Tower (1892), c’est-à-dire en lieu d’exposition, d’observation et de compréhension de la ville et de sa région, met au point « l’étude régionale » (regional survey), forge le néologisme de « conurbation » pour expliquer qu’une ville dépasse, dans ses effets et son influence, son périmètre administratif, qu’elle va au-delà, créé les premières expositions urbaines, les cities exhibitions en 1910 (avec plans, cartes, photographies…), adopte la trilogie, Place (« lieu »), Work (« activités ») et Folk (« peuple ») qu’il emprunte à Frédéric Le Play (ce dernier parle plus volontiers de « lieu, travail et famille ») pour étudier toute région et associer les habitants à imaginer leur devenir, du reste il n’hésite pas à lui substituer une autre triade, plus environnementale : territory, occupations et organisms. Il invente le terme de Civics, intraduisible en français, que Ebe Minerva White va tenter de définir en 1927 dans The Foundations of Civics (London, Syndicate Publishing) : « The word ‘Civics’, in its derivation, linked with citizen and civilization, designates a subject which is yet in the making. (…) ‘Civics’ deals with all that appertains to the life and surroundings of any citizen, and includes far more than the spheres of legislation and administration. » Françoise Choay suggère « polistique », afin d’associer à la dimension politique de la ville, une dimension éthique. Ce penseur original, inventif, ne cesse de vulgariser (The Evolution of Sex avec Arthur Thomson, 1889 ; Sex et Biology avec Arthur Thomson, en 1914 et 1925 et aussi City Development : A Study of Parks, Gardens and Culture-Institutes en 1904 et Cities in Evolution en 1915), d’enseigner, d’élaborer des plans de ville ou de quartiers ou encore de parcs et jardins (Edinbourg, Dundee, Jérusalem, Tel-Aviv, Allahabad, Ahmedabad, Madras, Dacca, Baroda, Balrampur, Lahore…). Il ignore la notion de « biorégion urbaine », mais pas celle de « région urbaine » (Region City) qu’il examine attentivement en y dressant les cartes des plantes et des arbres, des animaux, des fleuves et rivières, des montagnes et collines, des vallées, tout cet ensemble encore « sauvage » ou déjà « cultivé » du monde vivant qui confère à un site, ses paysages et ses qualités organiques. À cette « biodiversité » (ce terme date de 1985) il ajoute le travail des humains qui vient en transformer la morphologie et la climatique et mentionne la valorisation du génie du lieu qui attribue à un endroit particulier sa spiritualité, son aura patrimoniale. L’étude régionale transdisciplinaire, à laquelle Patrick Geddes convie chacun, s’apparente à ce biorégionalisme qui sera par la suite, différemment conçu et exprimé.

Région urbaine organique

Établir la géohistoire d’une idée revient à repérer qui l’exporte (ou l’importe), comment elle est reçue et éventuellement assimilée au point d’apparaître comme d’ici, alors même qu’elle vient de là. La diffusion et la réception des idées de Patrick Geddes, en Inde, par exemple, bénéficient des travaux de Radhakamal Mukerjee, en Grande-Bretagne des actions de Patrick Abercrombie et George Pepler et pour les États-Unis des articles de Lewis Mumford. Ce dernier commence en 1915 à correspondre avec son « maitre-à-penser » qu’il ne rencontre qu’en 1923, lorsqu’il lui organise une tournée de conférences. C’est au cours de ce séjour qu’il lui présente ses ami-e-s de la Regional Planning Association of America (RPAA), dont Benton MacKaye (1879-1975). C’est un ami d’Aldo Leopold, tous deux partisans de la reforestation et fins observateurs du monde vivant. On lui doit l’Appalachian Trail et aussi la notion de regional city qu’il théorise dans The New Exploration. A Philosophy of Regional Planning, ouvrage publié en 1928, réédité en 1962 avec une préface de Lewis Mumford, dans laquelle, l’on apprend que c’est Patrick Geddes qui conseille à son jeune « disciple » américain la lecture de Man and Nature de George Perkins Marsh, paru en 1864 et que celui-ci le fait lire à ses amis (il écrira un très beau chapitre sur ce « géographe » amateur dans The Brown Decades, 1931). Aussi bien Benton MacKaye que Lewis Mumford connaissent et apprécient Ralph Waldo Emerson et Henry David Thoreau, aussi accueillent-ils Marsh avec plaisir, comme un membre de leur famille…

Benton MacKaye cofondateur dans les années trente de The Wilderness Society sait très bien que le « sauvage », le « pas encore perturbé par l’humain » se fait rare et que la « nature » qu’il parcourt est depuis longtemps déjà soumise aux « progrès » que lui infligent les humains pour accroitre ce qu’ils en retirent. Il refuse à diaboliser ces « progrès » pour la plupart provoqués par le machinisme, mais il tente d’établi un relatif équilibre entre « l’ancien » et « le nouveau » au sein du même environnement. Il considère que la ville est la « première victime » de la métropolisation et il en périodise le déploiement à partir de la thèse soutenue par Lewis Mumford dans « The Fourth Migration » (Survey Graphic, mai 1925). La première migration consiste dans le peuplement des vallées et la mise en œuvre d’une économie rurale largement dépendante des sources d’énergie et des matières premières locales. Elle accouche de communautés agro-artisanales où la cohésion des membres (la plupart viennent d’ailleurs, ils ont un esprit de pionnier) s’avère solide au point de l’irradier d’une culture appréciable, dont Emerson Thoreau, Melville, Whitman sont les plus illustres représentants. La seconde migration emprunte le chemin de fer pour conquérir de nouveaux territoires qui s’industrialisent et s’urbanisent d’un commun accord. La troisième migration est celle de l’accomplissement de la « Frontière » unifiant le pays et le dotant de centres urbains à l’audience nationale et internationale. Ces métropoles contrôlent les richesses produites et en impulsent les placements au nom d’une idéologie (le « darwinisme social ») qui reconnaît en chacun un possible self-made man. La quatrième migration est en cours elle correspond à l’extension du domaine de la métropolisation… Le chariot est l’emblème de la première, la locomotive de la seconde, le gratte-ciel de la troisième. La quatrième contrôle les mécanismes encore à l’œuvre des trois précédentes migrations qui ne sont pas entièrement achevées, en oriente les effets, en combine les moyens : les fermes de la première, les petites usines de la seconde et les institutions financières et industrielles de la troisième. Chaque migration peut être cartographiée. Chacune produit ses temporalités et ses territorialités que les quatre entremêlent en autant de destinés spécifiques et néanmoins associées selon le tempo imposé par la quatrième, celle de la « civilisation industrielle » et de sa géographie, celle de la « métropolisation » de l’ensemble des États-Unis. Cette « métropolisation » n’est pas que « physique », même si elle a ses paysages archétypés, elle repose avant tout sur un mode de vie consumériste. Avec elle, tout est marchandise : tout s’achète et se vend. Un conformisme couvre toutes les relations sociales et rend insipide l’existence, c’est ce que décrit parfaitement Sinclair Lewis dans son roman Babbitt (1922).

Benton MacKaye se refuse à une telle fatalité, il explique que tout individu est tributaire, certes de son milieu social et culturel, mais aussi et surtout de son milieu biologique. Il y nait, doit y veiller à sa santé, se reproduire, vivre en collectivité et ménager son environnement. Ainsi, chacun fait l’expérience du labeur (toil), de l’art (avec une dimension spirituelle et culturelle), de la recréation et de la « décréation » (decreation) ou destruction. Pour lui, l’environnement est une « ressource naturelle » qui doit être « soutenue », il distingue trois « moments » dans l’histoire de l’environnement, qui cohabitent inégalement, le « premier » (the primeval), le « communal » (the communal) et l’ « urbain » (the urban), pour chacun les humains vibrent d’énergie, mais différemment selon les techniques dont ils disposent alors. Au stade « urbain », l’inorganique se manifeste davantage qu’au stade précédent, l’artificialité de son monde l’emporte sur sa naturalité. La diversité de la faune et de la flore ne doit aucunement pâtir des techniques que les humains affectionnent. C’est pour protéger les humains de la perte de leur humanité que Benton MacKaye imagine une regional city ou « Cité régionale », qui regroupe à la fois des villes (grandes et petites), des territoires cultivés et des friches, forêts, réserves peu fréquentés. Il s’agit de concilier des finalités souvent contraires qui animent les habitants d’une ville importante et ceux d’une suburb dispersée ou d’une ferme entourée de ses champs. La civilisation mécanique submerge de ses vitesses et valeurs l’ensemble de territoires, dont peut-être quelques-uns résistent à leur implantation et préfèrent conserver d’autres outils, d’autres rythmes, d’autres activités. La « Cité régionale » s’apparente à un patchwork bigarré confectionné sans hâte par les apports des uns et des autres, d’où une « planification », entendue ici, non pas comme une décision étatique standardisée, mais comme un processus visant à ne léser personne, y compris le monde vivant, dont il faut entendre les réclamations et accepter l’entraide (Piotr Kropotkine n’est pas loin…). Benton MacKaye reprend le « déroulé » historique d’Oswald Spengler dans Le Déclin de l’Occident en saisons et se demande si nous sommes à présent, avec l’industrialisation et l’urbanisation massives à l’entrée de l’hiver ? Si l’hiver vient, pouvons-nous espérer un printemps ? La « nouvelle exploration » s’avère le chemin qui conduit au printemps, pour cela il faut sans cesse associer, combiner, entrelacer tout ce qui relève du cosmos, sans pour autant rejeter les techniques de plus en plus sophistiquées qui modifient profondément nos rapports au temps et à l’espace mais en assurant une continuité à ce qui du fond des âges contribue encore à rendre intelligible le monde et à lui garantir une meilleure habitabilité.

Le territoire un bien en-commun

Alberto Magnaghi (né en 1941) commence à entrecroiser l’évolution des villes et l’écologie dans La Città fabbrica (1970) où il découvre que le fordisme confisque le territoire pour le soumettre à sa seule logique économique productiviste. Il homogénéise toutes les populations et les cultures qui s’y trouvent afin de faire de chacun une pièce interchangeable du grand puzzle industriel qu’il contrôle. La crise de ce modèle stimule la multiplication de « districts industriels » qui renouent avec les qualités spécifiques aux territoires. « La territorialité et le développement local deviennent une richesse, me précise Alberto Magnaghi, des éléments de construction de modèles spécifiques, de relations et de co-évolution (là, nous nous inspirons de Patrick Geddes) entre l’établissement humain et l’environnement construisant une culture et une société locales. » (entretien, 2012) Si les écologistes s’opposent à tout ce qui peut nuire à la nature, lui se préoccupe principalement de « l’environnement humain », comme il l’explique dans les cinq numéros de sa revue Quaderni del territorio, fondée en 1974, puis dans Il territorio dell’abitare (1990), où il envisage un développement auto-soutenable et participatif se substituant à la croissance ininterrompue imposée d’en-haut (par les décideurs des firmes multinationales et par les technocrates du pouvoir central) et d’ailleurs (la globalisation possède des relais locaux, mais sa dynamique s’élabore hors-sol ou à partir d’une poigné de « villes-globales »). D’autres publications, souvent collectives (La transformazione ecologica degli insediamenti, 1992 ; Il Territorio degli abitanti, 1998 ; Il Progetto locale, verso una coscienza di luogo, 2000 ; Patto città-campagna. Un progetto di bioregione urbana per la Toscana centrale, 2010 et Il Territorio bene comune, 2012) affinent la démarche, testent les principes sur des cas concrets, rectifient et réorientent les objectifs, associent d’autres disciplines, etc. Ainsi est né un nouvel être vivant, le « néo-écosystème », il résulte d’une longue co-évolution et correspond à l’environnement humain. Un exemple ? Les terrasses, elles n’ont rien de naturel, sont étagées sur le flanc d’une colline abrupte et une fois déboisée et cultivée deviennent un nouveau territoire dont il faut prendre soin, car une seule fois abandonnées, elles périclitent, ne font plus microclimat, ne retiennent plus l’eau, ne sont en rien un habitat pour telle espèce…

Pour Alberto Magnaghi l’urbanisation contemporaine détruit à la fois les campagnes et les villes, il y a urgence à redécouvrir les campagnes (avec la mise en place de nouveaux savoirs qu’il désigne par l’expression de « rétro-innovations ») et les villes. Ce retour à la ville s’effectuera par la division des mégalopoles en petites unités urbaines mêlant, selon leurs histoires et leurs cultures, les nouvelles campagnes et villes, autogérées, rhizomées et autonomes. Le territoire deviendra alors un « ensemble de relations », un écosystème d’écosystèmes, ou plus précisément de « néo-écosystèmes ». Dans La biorégion urbaine (2014), Alberto Magnaghi s’évertue à gommer toute nostalgie dans son désir de reconquête territoriale, pour lui le « retour au territoire » se veut un « retour à la construction des futures conditions de vie sur terre. » Qu’entend-il par « biorégion urbaine » ?  « La biorégion urbaine, écrit-il, est le référent conceptuel approprié pour traiter d’une manière intégrée les domaines économiques (système local territorial), politiques (autogouvernement) ; environnementaux (écosystème territorial) et de l’habiter (lieux fonctionnels et lieux de vie dans un ensemble de villes, bourgs et villages) d’un système socio-territorial qui cultive un équilibre de co-évolution entre établissement humain et milieu ambiant, rétablissant sous une forme nouvelle les relations de longue durée entre ville et campagne pour atteindre l’équité territoriales. » (p.77) Il souligne ainsi les prolongements politiques et sociaux qu’il confère à sa définition eu égard aux précédentes, celles des Todd (1984), de Kirkpatrick Sale (1985) ou encore de Peter Berg (1978), davantage soucieuses de la nature. Il emprunte à Murray Bookchin (1979) certains traits de son municipalisme, à Serge Latouche (2007) son approche bio-économique de la décroissance et à Claudio Saragosa (2011) sa compréhension de l’écosystème territorial. Il invite aux expérimentations, à la création d’une Société des Territorialistes, à l’ouverture d’un Observatoire des pratiques bio-territoriales et conclut logiquement ainsi, son traité aux allures de manifeste : « Ces expériences aident l’imaginaire à produire les visions d’une planète foisonnante de biorégions en réseaux qui coopèrent pour reconstruire le milieu ambiant de l’homme en favorisant une mondialisation par le bas. Cette croissance de projets locaux partagés et des réseaux solidaires globaux peut alimenter le ‘combat’ pour soustraire au monde des marchandises une quantité croissante de biens pour la reproduction individuelle et sociale des styles de vie des habitants en leur confiant la gestion sociale du bien commun territoire. » (p.168) Depuis quelques années, en France, des universitaires comme des activistes s’emparent de cette conception territorialiste de l’enjeu environnemental et de l’écologie existentielle et en popularisent les arguments et les actions. Néanmoins, la grande majorité des décideurs continuent aveuglément à manier la même langue de bois et à proposer des politiques du passé et dépassées… Rêvons un peu : de plus en plus de municipalités entrent en transition (sans en faire une religion !), privilégient les circuits courts, l’énergie décentralisée, la coopération, l’économie sociale et solidaire, l’habitat autogéré, la démocratie participative, la culture du lieu, sans pour autant se couper du monde, monde mondialisé auquel toute localisation est domiciliée…

Le biorégionalisme, de droite ou de gauche ?

L’écologie est une « science » pour les uns (dans la lignée de l’inventeur du mot en 1886, Ernst Haeckel, médecin et darwiniste convaincu et aussi eugéniste, nul n’est parfait !), une « idéologie » pour d’autres qui en font le cœur de leur discours politique et une méthode, pour d’autres encore, comme votre humble serviteur, pour qui cette méthode est processuelle, transversale et interrelationnelle. À partir d’elle, l’on doit repenser radicalement les organigrammes des gouvernements centraux et locaux (que signifie, en effet, un ministère de l’écologie ou un adjoint au maire chargé des parcs et jardins et un autre des écoles et de leurs cantines ?), qui « fonctionnent » thématiquement. De même, les disciplines universitaires ne peuvent plus se satisfaire d’un « champ » aussi strictement délimité que le leur car de la même manière qu’il existe des « chaines alimentaires » (la suppression de tel lichen entraine la mort de tel insecte qui s’en nourrissait), il y a des « chaines cognitives » (l’on ne comprend ceci qu’à partir de cela et réciproquement). L’écologie politique représente la sortie de l’ancien cadre politique « droite/gauche » qui appartient au productivisme et à l’opposition entre « travailleurs et capitalistes » qu’il a généré en créant ces « classes sociales » et la « question sociale ». Certes, celle-ci est loin d’être réglée (en témoignent les oppositions à la réforme du code du travail imposée par le gouvernement « socialiste » au début de 2016), pourtant la philosophie de cette écologie politique rompt avec cette distinction « droite/gauche » qui ainsi que n’importe quel citoyen le constate, n’a plus guère de sens. L’écologie politique refuse le capitalisme qui est à l’origine de cette absurde surexploitation de la nature, et qui dans sa forme globalisée en vient à précariser les territoires tout comme il a précarisé le travail. La « gauche » partage avec la « droite » la même conception d’une société utilitariste, béatement technophile et consumériste. Elle ne se démarque de la « droite » que sur quelques rares questions de société (comme « le mariage pour tous ») et accepte le cadre institutionnel (Cinquième République ici, Union Européenne là) auquel elle participe activement (ce qui permet à l’extrême-droite de dénoncer le personnel politique salarié de ces partis au pouvoir qui s’accaparent et se partagent les postes). L’écologie politique est ailleurs. Elle ne s’inscrit pas dans cette fausse alternative (droite/gauche) et œuvre (ou devrait œuvrer) pour une « nouvelle exploration » (selon la formule de Benton MacKaye), considérant le territoire comme un bien en-commun, avec tout le riche cortège que cette notion devance (autogestion, autonomie, décentralisation, décroissance…).

En mars 2001, la revue Éléments, d’Alain de Benoist (théoricien et animateur de la « Nouvelle droite ») publie un dossier intitulé « Le localisme une réponse à la mondialisation », dans lequel figure un bref entretien avec Peter Berg, où il est question de Kirpatrick Sale et de Raymond Dasmann, et divers articles dont « Localisme et biorégionalisme » d’Eduardo Zarelli, qui cite également Kirpatrick Sale, mais aussi Aldo Leopold et Wendell Berry. Ma lecture de ces auteurs n’est pas la même que celle d’Éléments et devrais-je ne plus les lire et les mentionner parce que cette revue en parle ? Jean Jacob s’en inquiète dans « Biorégionalisme, danger » (La Décroissance, n°32, juin 2006) et d’autres auteurs, généralement des politistes, décortiquent la conception de l’écologie propre à ce courant de pensée, bien minoritaire au demeurant. Les socialistes et les communistes dont l’idéal productiviste revêt dorénavant l’habit de la « croissance verte » et du « développement durable », ce qui ne trompe personne, manipulent et dénaturent les principes même de l’écologie politique, ils ricanent lorsqu’on propose, à l’instar d’Aldo Leopold de « penser comme une montagne », et n’hésitent pas, avec la mauvaise foi qui les caractérise, d’affirmer que tout « objecteur de croissance » rêve du bon vieux temps de la caverne et du feu de bois ! Si la revue Éléments s’intéresse au biorégionalisme, elle ne rend pas pour autant cette notion douteuse et dangereuse, c’est à chaque lecteur d’exprimer sa position vis-à-vis d’elle, d’expliquer en quoi il s’en inspire dans sa vie de tous les jours, dans ses actions et sa réflexion. Disons-le d’emblée, la « biorégion urbaine » n’est pas de droite ou de gauche, elle dépasse, heureusement du reste, les ambitions politiciennes de cette vieille façon de faire de la politique pour inventer de nouvelles territorialités et temporalités d’une démocratie participative directe et locale.

Peter Berg (1937-2011) et Raymond Dasmann (1919-2001) signent « Reinhabiting Californie » en 1977 dans The Ecologist (vol.7, n°10), article qui devient rapidement une référence parmi les activistes environnementaux, le premier a créé en 1973, The Planet Drum Foundation (qui encourage des actions biorégionales en matière de gestion de l’eau et de restauration d’écosystèmes, forestiers en particulier), le second est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Planet in Peril, Man and the Biosphere Today en 1971. À la question d’Alain de Benoist, « Qu’est-ce qu’une biorégion ? », Peter Berg répond : « Une biorégion est un espace géographique formant un ensemble naturel homogène, que ce soit pour le sol, l’hydrographie, le climat, la faune ou la flore. La population fait également partie de la biorégion, mais dans la mesure où elle vit en harmonie avec ces données naturelles et où elle en tire sa subsistance à long terme. » Plus loin, il précise que « la ré-habitation est un mode de vie qui assure la pérennité du système écologique par un développement durable, en veillant à ne pas le détruire pour tout ce qui concerne les besoins de la population en matière de nourriture, d’eau, d’énergie, d’habitat et de culture. » Il prend soin de distinguer « biorégion » d’« écorégion », qui « désigne un espace géographique décrit en termes strictement biologiques ». Kirkpatrick Sale (né en 1937), quant à lui, est l’auteur d’ouvrages militants anticapitalistes, comme Dwellers in the Land. The Bioregional Vision (1985), The Green Revolution : The American Environmental Movment 1961-1991 (1993) et La révolution luddite : briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation (1995, traduction française aux éditions de L’Échappée, 2006). L’enracinement d’une population dans une biorégion, la référence à des cultes païens anté-chrétiens, le culte d’une identité territoriale, que la revue Éléments semble apprécier, ne relève pas de ma conception de la biorégion urbaine, qui se satisfait de populations non-enracinées, venant de divers endroits du monde et décidant de s’implanter, un temps, ici, tout comme les plantes migrent d’un lieu à un autre du « jardin planétaire ». Kirkpatrick Sale oppose le paradigme biorégional au paradigme industrialo-scientifique, ce qu’il illustre par ce tableau récapitulatif :

Examinant le passé de cette notion, Kirkpatrick Sale s’attarde sur trois auteurs : Frederick Jackson Turner (1861-1932), Lewis Mumford et Howard Odum (1884-1954). Du premier, théoricien de la « frontière », il retient son attention aux « sections » que les géographies physique et humaine délimitent et qui expriment la diversité des situations ainsi régionalisées. Du second, il salue ses préoccupations régionalistes qui malgré la crise des années trente et la politique du New Deal ne sont pas abandonnées pour autant, même si la RPAA cesse ses activités en 1933, au contraire même, Lewis Mumford plaide inlassablement pour une réelle régionalisation qui n’ignore pas les territoires situés à l’écart des terminus des lignes de chemin de fer et des carrefours des autoroutes ! Il est persuadé qu’une telle réorganisation territoriale, reposant sur la conscience du lieu, peut décongestionner les mégalopoles, contrer la désertification de certaines parties de l’Amérique, rééquilibrer les peuplements des territoires et valoriser le partage entre les habitants d’une même région d’une commune perception des paysages et de leur respect. Être d’un lieu n’est pas une qualité vaine, elle permet à chacun de prendre part dans une histoire collective, d’agir à une échelle politique qui ne vous réduit pas à n’être qu’une « intention de vote », d’enrichir une culture dont vous saisissez tous les aspects, d’entretenir avec le monde vivant local une réelle complicité… Quant au troisième, sociologue et fondateur de l’école d’études régionales de l’Université de caroline du Nord, il emprunte son analyse du « fait régional » qui s’appuie sur les caractéristiques environnementales propres à chaque région, c’est du reste ces caractéristiques qui font la région en question ! La géologie, l’hydrographie, le climat, la topographie, les espèces végétales et animales, les activités humaines, les architectures vernaculaires, les savoir-faire des artisans et fermiers du cru, la présence ou non d’Indiens, l’histoire des migrations, et bien d’autres facteurs interviennent dans la constitution d’une région. Chaque région se doit d’être autonome, du moins le plus possible. En cela, elle veille à équilibrer production et consommation. Elle accepte l’idée de la résilience dynamique, partir de ses ressources pour tracer son propre chemin vers l’abondance maitrisée… Pour lui, la régionalisation des Etats-Unis ne conduit pas à une quelconque balkanisation, amis au contraire à une nouvelle conception et pratique de la souveraineté qui exalte la « conscience régionaliste ». Kirkpatrick Sale inscrit donc le biorégionalisme au calendrier des exigences politiques, non seulement pour les Etats-Unis mais pour tous les territoires qui forment la planète, une planète qui va mal, justement parce qu’elle n’est pas peuplée, administrée, entretenue, aimée à la bonne échelle. Toute biorégion urbaine est différente et changeante, car processuelle, transversale et interrelationnelle. Ces biorégions urbaines enjambent les frontières des États-nations et revisitent le passé territorial national qui a un moment de son histoire a été contrarié par la violence de l’État central, ce qui nous renseigne sur d’anciennes possibilités à réactiver afin de faire advenir des territoires de juste mesure. La mosaïque de ces bio-régions accordera sa place à l’entre-deux, à ce qui ne peut se résoudre à se fondre en une unité territoriale urbaine et qui pourtant, d’une manière ou d’une autre, y contribue.

Retour à la cité-jardin

Peut-on imaginer un retour à la cité-jardin ? Des cités-jardins qui participent à des bio-régions urbaines ? Des pistes existent, j’en mentionnerais deux : Planning City-Region Food System (ouvrage collectif coordonné par Yves Cabannes et Cecilia Marocchino, 2017) et 21e Century Garden City of to-morrow. A manifesto (de Yves Cabannes et Philip Ross, 2014). Le premier ouvrage questionne l’autosuffisance alimentaire d’une région urbanisée (ce qui comprend d’autres ambitions qui sont toutes corrélées entre elles : zéro déchet, programme énergétique négawatt, réduction drastique du CO2, dépollution systématique des sols et du réseau hydrologique…) à partir de quatre études de cas : Milan Metropolis (où et créé en 2011 le Distretto Agricolo Milane, 31 fermes sur 1500 hectares, production bio, commercialisation directe locale, protection de la nature, développement de la biodiversité…), Rosario en Argentine (plan de lutte contre la pauvreté et le chômage massif et chronique, installation de fermes en 2002 – elles sont 30 sur 200 hectares à présent -, soutien aux 1700 marchés locaux, agriculture biodynamique encouragée, horticulture, succession de « ceintures vertes », élaboration et adoption d’une Charte verte qui régit les actions conjointes de municipalités et de citoyens…), Portland (l’Oregon compte 38 600 exploitations agricoles, sur 2,2 millions pour les États-Unis, qui pourvoient 450 000 emplois, des marchés fermiers, un Food Hub qui fédère 400 restaurants, 250 écoles, des cliniques et hôpitaux, etc.) et Letchworth (la première cité-jardin). Dans ces cas, aux caractéristiques différentes, tant géographiques, historiques, environnemental, culturelles que sociologiques, des associations et des élu-e-s ont pu construire un programme alimentaire régional. Il ne s’agit pas d’importer ces modèles, mais de les étudier et de s’en inspirer. Ce qui est intéressant, pour nous, dans ces quatre exemples ce sont le diagnostic établit par les associations sur les atouts de leur territoire et les expérimentations écologico-sociales mises en œuvre. Le point commun entre eux se nomme « Région-Cité », entendre par là, la délimitation non définitive d’un ensemble territorial, et donc populationnel, qui privilégie la consommation de biens alimentaires produits localement. L’entrée dans le biorégionalisme s’appuie sur la recherche d’une autonomie alimentaire. Derrière cet attendu l’on trouve une agriculture vivrière locale (et non intensive et productiviste), un réseau hydrologique protégé et entretenu, de paysages variés qui contribuent à la clémence du climat, des mobilités maitrisées, une économie coopérative, collaborative et généreuse (plus aucun centre commercial !), des modalités inédites dans l’expression et la réalisation de la démocratie, etc. Le second ouvrage actualise la cité-jardin centenaire afin qu’elle corresponde aux aspirations contemporaines. Philip Ross a été maire de Letchworth et avec Yves Cabannes, grand connaisseur de la « chose urbaine » à l’échelle mondiale, ils rédigent un manifeste en douze points :

1- Residents are citizens

2-The Garden City own itself

3- The Garden City is energy efficient and carbon neutral

4- Provides access to land for living and working to all

5- Fair Trade principles are practised

6- Prosperity is shared

7- All citizens are equal, all citizens are different

8- There is fair representation and direct democraty

9- Garden Cities are produced though participatory planning and design methods

10- A City of Rights that builds and defends the Right to the City

11- Knowledge I held in common, shared and enhanced

12- Wealth and harmony measured by happiness

J’ajouterais que le « droit à la ville » évoluera vers un « droit à l’urbain » et un « devoir de ville » et que les temporalités et les territorialités de tout habitant seront articulées entre elles…

`

En répondant à l’amicale invitation d’Agnès Sinaï, j’avais en tête – d’où le titre de cette intervention – de réunir la vingtaine de cités-jardins franciliennes en une farandole verte, et vertueuse ! – trame sur laquelle viendrait se nouer d’autres villes entrant en transition, d’anciens villages endormis qui se réveilleraient en se repeuplant et en diversifiant leur activités (télétravail et coworking, maraichage et jardinage, e-commerce et nouveaux systèmes de livraison, déplacements partagés, etc.). Il m’a fallu déchanter : les cités-jardins n’étaient ni des cités, ni des jardins… Néanmoins, je pense que les idées d’Ebenezer Howard méritent d’être revisitées, complétée, enrichies, transgressées, que sais-je encore ? Tout être humain s’avère topophile, en conséquence de quoi, il nous faut favoriser la « conscience du lieu » et la possibilité d’édifier son Habitation. Voilà un sujet pour une autre conférence-débat…

Lectures

En plus des ouvrages cités dans le cours du texte, je recommande ces articles et ouvrages :

Gouverner la décroissance. Politiques de l’Anthropocène III, sous la direction d’Agnès Sinaï et Mathilde Szuba, Paris, Les Presses de Sciences-Po, 2017, en particulier : « La biorégion de Cascadia, territoire de la décroissance » par Julie Celnik et « Pour un aménagement permaculturel des territoires », par Agnès Sinaï.

« Les cité-jardin, un idéal à poursuivre », Les Cahiers, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme, Ile-de-France, n°165, avril 2013.

« Patrick Geddes fondateur de études urbaines », par Thierry Paquot, EcologiK, n°53, mars- avril-mai 2017.

« Andrew Jackson Downing et la petite maison dans son jardin », par Thierry Paquot, EcologiK, n°54, juin-juillet-août 2017.

« Aldo Leopold pour une éthique de la terre », par Thierry Paquot, EcologiK, n°55, septembre-octobre-novembre 2017.

« Benton MacKaye sur le sentier des Appalaches », par Thierry Paquot, EcologiK, n°56, décembre-janvier-février 2018.

Une première version de ce texte a été publié : « De la bio-région urbaine. Une approche rétro-prospective », (pp.225-245), Faire la ville par le projet, sous la direction de Muriel Delabarre et Benoît Dugua, Lausanne, PPUR, 2017.

Thierry Paquot, philosophe, se préoccupe depuis une trentaine d’années du devenir urbain du monde, il est l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages, dont les thèmes concernent les modalités de l’urbanisation planétaire, l’écologie, le temps et les utopies.