2 janvier 2015

La permaculture, une économie de la sobriété

Séminaire virtuel du 12 décembre 2014 par Agnès Sinaï

Les valeurs et la culture qui ont accompagné ces dernières décennies d’essor de l’Anthropocène sont intrinsèquement liées à la consommation inédite d’énergie qui caractérise notre époque. Ainsi l’individualisme peut-il être vu non pas comme cause mais comme conséquence du bien-être matériel. Ces valeurs, qui concourent à la destruction du monde, sont caractéristiques de l’expansion énergétique, mais doivent impérativement être revisitées.

Science appliquée qui vise à améliorer sur le long terme le bien être des humains, la permaculture est une approche qui englobe le matériel et l’inclut dans une vision holistique et systémique. Holistique au sens où ce sont toutes les dimensions de l’être, en symbiose avec ce que la Terre peut offrir, qui sont envisagées dans un esprit qui s’affranchit du dualisme qui sépare corps et esprit, humanité et nature. Systémique car le vivant, l’économie et l’énergie sont pensés conjointement, dans une dynamique qui n’exclut pas des instabilités voire des changements radicaux et catastrophiques. A la différence des représentations répétitives, linéaires et continuistes propres à l’économie de croissance qui se projette dans une boucle fermée de production-consommation, l’économie permaculturelle prend acte de l’impermanence des éléments et des ressources au sein du système industriel. Dans la vision permaculturelle, le soin est central, et remplace ce que la « gestion » de l’environnement est aux politiques classiques de l’écologie. Prendre soin du vivant, des sols : à travers une fraction de paysage, un jardin, il s’agit, métonymiquement, de prendre soin de toute la planète.

Texte d’Agnès Sinaï à paraître dans le prochain ouvrage collectif de l’Institut Momentum, Politiques de l’Anthropocène III, Presses de Sciences Po,  2016.


Auteur: Agnès Sinaï



Tous les articles de Agnès Sinaï :

Le scénario négaWatt sollicite une démocratie de l’énergie
Entretien avec Richard Heinberg
Le Manifeste
Fukushima ou la fin de l’Anthropocène
Energie et autonomies énergétiques
Entretien avec Kjell Aleklett
Se réconcilier avec le vivant
Dissonance cognitive, quand tu nous tiens
Vers la décomplexification des métiers
Dialogue avec Jacques Grinevald
Changement d’ère
L’Agence internationale de l’énergie annonce des turbulences
Quatre avatars de l’Anthropocène
La révolution permaculturelle
Culte du cargo à Notre-Dame-des-Landes
Automobiles : le prix de la démesure
L’Autriche 100% renouvelable : une utopie concrète de l’après-pétrole
Atténuer le choc du pic pétrolier dans le secteur des transports
L’Agence internationale de l’énergie annonce la renaissance du charbon
La permaculture, une économie de la sobriété