23 juin 2014

L’Anthropocène et ses lectures politiques

par Christophe Bonneuil

Bien plus qu’une crise environnementale (dont le marché, la croissance verte ou la technologie nous sauverait), l’Anthropocène signale une bifurcation de la trajectoire géologique de la Terre causé non pas par l’ « Homme » en général, mais par le modèle de développement qui s’est affirmé puis globalisé avec le capitalisme industriel.

L’Anthropocène, c’est – pour des siècles peut-être – notre époque, notre condition, notre problème. C’est le signe de notre puissance « géologique », mais aussi de notre impuissance politique. L’Anthropocène, c’est une Terre dont l’atmosphère est altérée par les 1400 milliards de tonnes de CO2 que nous y avons déversées. C’est un tissu vivant appauvri et artificialisé. C’est un monde plus chaud et plus lourd de risques et de catastrophes, avec un couvert glaciaire réduit, des mers plus acides et plus hautes, des climats déréglés… avec son flot de souffrances humaines, de dérèglements et violences géopolitiques possibles. Habiter de façon plus sobre, moins barbare, plus équitable et solidaire la Terre est notre enjeu.

Lire l’intégralité de l’article.


Auteur: Christophe Bonneuil



Tous les articles de Christophe Bonneuil :

Quelle histoire pour l’Anthropocène ?
L’Anthropocène et ses lectures politiques
L’Anthropocène : âge de l’homme ou âge des limites ?