20 mars 2013

Politiques de la catastrophe

Séminaire du 15 mars 2013 par Luc Semal

Ryuta Amae

Depuis les années 1990, de nombreux travaux de science politique ont étudié la trajectoire d’institutionnalisation des mouvements écologistes, via notamment l’évolution des partis verts ou des ONG environnementales. Par institutionnalisation, on entend généralement quelques critères précis, tels que la hausse des moyens humains et financiers, la professionnalisation et la hiérarchisation des organisations, l’intégration dans les processus décisionnels, l’évolution du répertoire d’action vers davantage de recours à l’expertise et au lobbying, etc. Ce récit de l’institutionnalisation s’accompagne souvent d’une analyse soulignant l’intégration certes lente, mais en bonne voie, des questions écologiques par les sociétés modernes.

L’intégralité de l’article en PDF.


Auteur: Luc Semal



Tous les articles de Luc Semal :

Politiques de la catastrophe
Sivens ou la violence des grands projets inutiles
Notre-Dame-des-Landes : inventer une “démocratie pour les affectés”