5 septembre 2014

Assises de Technologos les 12 et 13 septembre 2014

Le productivisme, idéologie subliminale

Quels rapports la technique entretient-elle avec le capitalisme, le libéralisme, l’économie de marché ? Quel est le point de vue du technologue, en regard de l’idée répandue selon laquelle la politique est dépassée par l’économie et celle-ci par la finance ?

Le productivisme, une idéologie subliminale

Vendredi 12 et samedi 13 septembre 2014

Lieu : Ecole des Hautes études en sciences sociales, 105 bd Raspail, 75006 Paris.

Programme à télécharger

Si une crise, par définition, est un phénomène passager, pourquoi s’obstine t-on à qualifier ainsi le dévelop-pement incessant du chômage de masse et de la précarité ainsi que les ravages écologiques causés par le pillage (tout aussi incessant) de nos sous-sols ? Pourquoi la question du remplacement des humains par les robots, sans cesse plus intelligents et habiles, est-elle systématiquement contournée par les politiciens, les économistes et même la quasi totalité des militants ?
.
Pourquoi le corrolaire du productivisme est-il la société du risque (Beck) ? Que signifie en effet notre insistance à braver tous les dangers quand on en connaît le caractère irréversible ? Le dogme de la croissance, qui fonde l’économie mondiale, s’apparente t-il en définitive à une forme de religiosité, voire d’intégrisme, pour le moins à une utopie qui se serait répandue comme une maladie contagieuse ? La course à l’innovation correspond-elle à un projet de société (comme on se plaît généralement à le proclamer) ou bien est-elle l’expression d’une volonté de puissance ancestrale qui, avec le concours des “technologies”, précisément, se déploie sans frein, comme dans la fable de l’Apprenti sorcier ?

Par quel biais peut-on critiquer le productivisme sans apparaître rétrograde ? Le concept de décroissance s’apparente t-il au bon sens et au réalisme ou bien est-il l’expression d’une réaction de désespoir ? Quel modèle pourrait valoir d’alternative ?

Ces questions seront matière à débat lors des trois demi-journées que dureront les assises.

1) Généalogie et fondements de la croissance
(vendredi matin)
2) Radioscopie et bilan de la croissance
(vendredi après-midi)
3) La décroissance : de l’utopie aux expérimentations
(samedi matin)