Ghislain Nicaise

Nicaise Ghislain

Ghislain Nicaise, biologiste, a eu un parcours universitaire jusqu’en 2004, voir 1) et continue un parcours d’écologiste militant 2).
1) Recruté comme Assistant au Laboratoire de Zoologie générale de la Faculté des Sciences de Lyon en 1963, Maître-Assistant en 1970, il s’est orienté vers la Neurobiologie cellulaire et a dirigé une équipe de “Cytophysiologie comparée des tissus excitables” de 1975 à 1984. En 1984 il est nommé Professeur à l’Université de Nice où il crée le laboratoire de Cytologie expérimentale ainsi qu’un Centre Commun de Microscopie Appliquée. Le travail de recherche de son équipe a porté principalement sur les compartiments calciques intracellulaires et en dernier sur le rôle du calcium et du sodium dans la sécrétion de neurohormones. De 1999 à sa retraite en 2004 il se consacre principalement au lancement d’une licence professionnelle de Biotechnologie.
2) En 1972 il crée le groupe des Amis de la Terre de Lyon et Villeurbanne et en 1974 il coordonne la campagne de soutien à René Dumont pour la région Rhône-Alpes. Il fait partie des principaux organisateurs de la manifestation de 1976 contre le projet de centrale nucléaire à neutrons rapides de Creys-Malville. Il organise la première réunion nationale du réseau des Amis de la Terre à Chapeau-Cornu en 1977 et coopère activement à la campagne de Brice Lalonde pour les présidentielles de 1981. Il participe à la fondation des Verts en 1984 et restera alors pendant 20 ans un militant de base discret faisant passer son activité professionnelle avant le militantisme écologique. A sa retraite, il fera partie du Conseil statutaire des Verts, puis d’EELV, jusqu’en 2011. Il s’investit maintenant dans l’animation associative de Terre de Liens, collabore régulièrement au Sauvage en ligne et à La Gazette des Jardins et essaye la permaculture pratique sur un terrain de l’arrière-pays niçois.

Articles

Les trois racines de l’écologisme

Paru sous le titre Ecologie et fascisme dans le n°12 (nov. 1991) du Sauvage nouvelle série. Revu en Juin 2010 (1). En février 1975, j’ai eu la chance d’assister pendant un week-end à Londres à une réunion internationale de Friends of the Earth, où se rencontraient pour la première fois des écologistes de plusieurs villes […]

Encyclique du pape François : un plaidoyer pour la décroissance

Pour la première fois de ma vie, j’ai lu une encyclique. Cette publication est saluée par la presse comme un tournant de l’église catholique vers l’écologisme, sous l’impulsion d’un pape novateur. Avant de tenter un commentaire du  texte (1), sur la forme et le fond, comme pour une publication ordinaire, j’ai voulu le passer au […]

L’hypothèse Gaïa

L’hypothèse Gaïa ou hypothèse biogéochimique, principalement soutenue par James Lovelock, peut être considérée comme une contribution majeure de l’écologie scientifique. Elle propose que l’ensemble des êtres vivants et leur environnement se comportent comme un organisme régulant ses propres conditions de survie. Contrairement à une opinion répandue, on ne peut pas dire que la biodiversité s’épanouit […]

Culte de la croissance et difficulté de l’innovation

Vous trouverez dans cet article une tentative d’expliquer, par l’organisation du cerveau humain, la difficulté d’anticiper des changements désagréables du cours de l’histoire comme les effondrements, ou tout simplement de penser l’innovation. En écrivant ces quelques lignes, l’auteur est conscient de risquer le délit de biologisme, mais il assume.

La permaculture pour préparer l’après-pétrole

Selon les termes de l’inventeur du mot « permaculture », Bill Mollison, la permaculture est une méthode de création d’environnements humains durables. Le mot lui-même est une contraction non seulement d’agriculture permanente mais aussi de culture permanente, car les cultures ne peuvent survivre longtemps sans une base d’agriculture durable et une éthique de l’utilisation des sols[1]. L’objet […]