Loïs Mallet

Loïs Mallet

Loïs Mallet est directeur de l’Institut Momentum depuis 2021. Il a étudié conjointement les sciences informatiques et les sciences sociales avant d’effectuer un double master en politiques environnementales et en sciences environnementales (Sorbonne Université-Marie Curie/Sciences Po Paris). Engagé au cœur de la mobilisation de la jeunesse pour le climat, il a assuré la présidence du réseau étudiant pour une société écologique et solidaire (RESES) en 2018-2019. À la suite de la réalisation d’un mémoire sur la décroissance énergétique, il a étudié la philosophie politique et éthique à la Sorbonne où ses recherches portaient sur la pensée de Günther Anders au temps des catastrophes écologiques. Dans le cadre de ses recherches et pour l’organisation de séminaires, il collabore avec l’Institut Momentum depuis 2019.

Articles

Décroissance énergétique, décarbonation et nucléaire : Une enquête sur les dilemmes du monde associatif dans le contexte anthropocénique

Travailler sur le positionnement associatif, c’est d’abord s’intéresser à des temporalités. En effet, en tant qu’éclaireuses, les ONG environnementales (ONGE) proposent publiquement des voies politiques et les défendent auprès des pouvoirs institués. Par définition, l’ONGE travaille à définir des trajectoires politiques qui seront, à défaut d’être adoptées, du moins considérées par la société. Elles travaillent […]

Le rationnement, un impensé politique

Cet article introduit et synthétise une étude sur les politiques de décroissance énergétique du point de vue des ONG environnementales réalisée entre février et août 2020. Hébergé au sein de l’Institut Momentum sous la direction de Mathilde Szuba (IEP Lille), ce travail s’inscrit dans le cadre d’un mémoire de recherche (19/20) pour le double master […]

La pandémie de covid-19 : une histoire de cloches, de marteaux et de clous

En partant d’une technique de modélisation destinée à prévoir la production de pétrole, cet article agence des scénarios possibles de l’évolution de l’épidémie en France. Après la première vague qu’il convient d’arrêter, la question des résurgences est traitée. Un propos politique est ensuite porté concernant le manque d’anticipation des pouvoirs publics et les choix délétères […]