Biens communs : comment (co-)gérer ce qui est à tous ?

Les biens communs, c’est un vocabulaire pour réenchanter notre imaginaire, une voie à défricher pour réussir la transition écologique et sociale.

Ni biens privés, échangés sur le marché et ne répondant qu’à une logique de profit individuel, ni biens publics, produit par l’Etat, les biens communs procèdent d’une autre démarche. Ils existent par la volonté de communautés qui s’organisent pour gérer collectivement une ressource afin d’en garantir la pérennité et l’accès à tous, parfois en interaction avec le marché, parfois avec l’Etat, parfois avec les deux. On pense souvent à l’eau, les forêts, l’air, les transports en commun, les langues, la connaissance, les ressources génétiques, le web, les monnaies, etc. Un rôle important y est dévolu au politique : celui de reconnaître et de soutenir ceux qui – de plus en plus nombreux – veillent à ces biens communs. Car les richesses dont ils sont générateurs ont pour noms : soutenabilité, lien social, qualité de vie, action collective…

Un colloque intitulé  « Les biens communs : comment (co-)gérer ce qui est à tous ? » a été organisé le 9 mars 2012 à Bruxelles par les trois fondations politiques écologistes : Oikos, Green European Foundation (GEF) et Etopia.

Retrouvez ici le document très riche qui rassemble les textes issus du colloque.


Lire toutes les brèves