Un partenariat international face à l’exploitation minière

Partout, et en particulier sur le continent africain, nous assistons à une course  aux matières premières et aux terres agricoles. Le respect de l’environnement, la justice sociale et les principes élémentaires de la démocratie sont piétinés par des investisseurs internationaux poussés par leur soif de profit. Les autorités publiques et les populations n’ont que des connaissances limitées sur l’exploitation industrielle de ces matières premières. Les institutions étatiques sont dépourvues de moyens et sans compétences techniques. Le cadre juridique est adapté aux intérêts des sociétés d’extraction et par contre inconnu des populations.

C’est le constat amer que les habitants de la petite commune de Faléa, dans le Cercle de Kéniéba au sud-ouest du Mali, proche des frontières avec le Sénégal et la Guinée, ont dû faire. Avec leur municipalité, avec l’appui de l’association ARACF (Association des Amis et Ressortissants de la Commune de Faléa) et des élus du Cercle de Kéniéba, ils se sont mobilisés depuis 2010 contre le projet d’une mine d’uranium sur leur territoire. Grâce à la solidarité de quelques ONG, de municipalités comme la Ville de Genève, d’élus du Parlement européen, de médias tels que La Revue durable, les habitants de Faléa ont ainsi réalisé en collaboration avec la CRII-RAD une étude radiologique, mis en place une unité de communication satellitaire, animé des séances de formations et créé une radio locale pour diffuser des connaissances sur l’extraction minière, le cadre légal et les droits des citoyens dans les quatre langues parlées par les populations. En collaboration avec l’IPPNW et l’uraniumnetwork, l’association ARACF a organisé à Bamako en mars 2012 une conférence internationale sur le thème Uranium Santé et Environnement.

Une mine d’uranium à Faléa détruirait le village, les terres agricoles, les lieux sacrés, le patrimoine culturel, une faune et une flore particulièrement riches mais également cette ressource vitale qu’est l’eau des nappes géologiques et phréatiques. Les habitants de Faléa ne négligeront rien pour faire valoir leur opposition à la mine d’uranium dans le cadre de l’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) prévue par le code minier du Mali et ses textes d’applications. Ils souhaitent organiser une consultation populaire qui donne voix à chaque habitant des 21 hameaux et villages de la Commune. Mais depuis janvier 2012, la grave crise politique et institutionnelle qui traverse le Mali menace sa souveraineté, la réussite de tout processus démocratique et le respect des droits des populations.

C’est la raison pour laquelle la commune de Faléa et le Cercle de Kéniéba appellent les municipalités de par le monde à un PARTENARIAT INTERNATIONAL TEMPORAIRE. Tous les élus municipaux ou membres d’un parlement de ville sont invités à rejoindre ce réseau à titre individuel ou collectif. L’objectif du réseau des villes et municipalités partenaires sera de rendre possibles la poursuite et l’aboutissement des actions en cours, et de garantir le bon déroulement de la consultation populaire qui sera organisée en novembre 2013 par la Commune Rurale de Faléa, l’ARACF et les habitants de Faléa.

L’Union européenne a conclu un « partenariat stratégique » avec le continent africain. Selon la Commission européenne « ce partenariat est le seul partenariat stratégique de continent à continent conclu par l’UE ». Entre autres il a pour but de « promouvoir la gouvernance, la démocratie, l’état de droit et les droits de l’homme, dans leurs dimensions politique et économique à tous les niveaux. »

C’est dans le droit fil de cette déclaration de l ’UE, que Faléa, Kéniéba et l’ARACF, relayés par le Forum Civique Européen et l’Institut Momentum, souhaitent créer un partenariat international temporaire de municipalités pour contribuer à garantir le respect de la democratie face à l’exploitation minière.

 

Pour tous compléments d’information : www.falea21.org et/ou

Professeur Many CAMARA, chargé des relations internationales (ARACF) manycamara@yahoo.fr

Hannes LAMMLER lammler@forumcivique.org St Johanns Vorstadt 13 CH – 4004 BÂLE

Agnès SINAI contact@institutmomentum.org, 33, rue de la Colonie, 75013 Paris


Lire toutes les brèves