Biorégions 2050 : L’Ile-de-France après l’effondrement

L’Ile-de-France est sortie de son bassin de subsistance et ne produit plus que 10 % de ce qu’elle consomme. En 2050, les moyens de transport et la quantité d’énergie disponibles seront radicalement différents et ces changements conduiront à une transformation profonde de l’aménagement des territoires et de la vie qui pourra s’y développer. L’imminence de perturbations systémiques obligera l’Ile-de- France à renoncer à l’efficacité actuelle de son fonctionnement basé sur de grands réseaux d’approvisionnement mondialisés et sur la spécialisation fonctionnelle d’espaces organisés autour d’un seul centre fortement urbanisé. En effet, cette efficacité rend le territoire régional extrêmement vulnérable. Ce sera la fin de la mégalopole parisienne, trop grande, trop dense et extrêmement fragile face aux crises.

L’Institut Momentum a élaboré la vision d’une Ile-de-France sans voitures et relocalisée sur le plan alimentaire. Cette métamorphose vers l’autonomie est assortie d’une forte descente énergétique et de modes de vie sobres, pour en finir avec la prédation métropolitaine sur les ressources globales.

Le résumé est d’ores et déjà téléchargeable ici, le rapport de 240 pages va bientôt être édité et fera l’objet d’une souscription dans les prochaines semaines.

Biorégions 2050 est le résultat d’un atelier de prospective sur l’Ile-de-France post effondrement conduit avec le Forum Vies Mobiles.


Lire toutes les brèves