Les Technologies de l’Information et de la Communication

Les technologies de l’information et de la communication (TIC), qui regroupent les domaines de l’informatique, des télécommunications et de l’électronique ont pris une place considérable dans notre quotidien, et en particulier dans le quotidien des professionnels. Elles sont désormais incontournables. Puisqu’elles permettent de véhiculer de l’information à la vitesse de la lumière et puisqu’un ordinateur semble beaucoup moins polluant qu’une voiture ou qu’un avion, les TIC sont parées de toutes les vertus écologiques.

L’idée que ces technologies œuvrent pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) est actuellement effectivement très répandue : représentant 2% des émissions industrielles mondiales, elles pourraient contribuer à réduire les 98% des émissions restantes. Cela constitue un postulat plutôt encourageant face au péril climatique mais qu’il faut cependant considérer avec prudence au regard de la difficulté à mesurer cette contribution et à anticiper les « effets rebonds » que leur mise en œuvre génère.

Car ces objets, il faut les produire, ce qui demande matière, espace et énergie. Il faut les faire fonctionner, ce qui demande encore de l’énergie. Et, en fin de vie, il faut les jeter ou les recycler, ce qui pollue et coûte encore. Plus concrètement, la production d’une puce électronique de 2 grammes demande 72 grammes de produits chimiques, 32 litres d’eau, 700 grammes de gaz (surtout de l’azote) et 1 600 grammes d’énergie fossile. Un PC consommera quatre fois plus d’énergie à être produit qu’à être utilisé pendant quatre ans dans un foyer. Au niveau mondial, l’énergie demandée par les réseaux de téléphonie mobile équivaudrait à la moitié de celle demandée par les réseaux ferroviaires.

Cet ouvrage présente tous les impacts environnementaux causés par les TIC. Tous les enjeux environnementaux y sont abordés, de même que chaque étape de la vie de ces technologies, de leur production à leur fin de vie. Il puise pour cela dans des informations chiffrées publiées essentiellement dans des revues académiques, et n’omet pas d’offrir une présentation critique des différents outils de mesure des impacts écologiques des TIC afin d’en comprendre les limites et de saisir la portée, parfois limitée, de leurs résultats. Il permet au lecteur de mieux comprendre les tenants et aboutissants écologiques de la diffusion rapide de ces technologies à l’échelle de la planète et d’orienter en conséquence ses comportements et d’initier des actions allant dans le sens d’une réduction de l’empreinte écologique des TIC.

Les huit chercheurs ne se contentent pas d’égrainer chiffres et comparaisons parlantes, mais assument leur parti pris de ne s’intéresser, pour ce livre, qu’à la face cachée des TIC. Leur ouvrage, dont les références nombreuses se trouvent seulement sur leur site Web (www.ecoinfo.cnrs.fr), s’organise en quatre chapitres. Le premier, général, liste les impacts. Le deuxième, le plus ardu, détaille les méthodes d’analyse de cycle de vie (de la production à la fin de vie). Le troisième décrit des exemples précis sur les PC, les écrans, les liseuses… Le dernier ouvre des pistes de réflexion sur les raisons techniques, comportementales ou organisationnelles de ces « pollutions ».

Se procurer l’ouvrage


Lire toutes les brèves