Parution : Pays de l’enfance

L’école n’est pas un lieu ni un bâtiment, c’est un pays de l’enfance. C’est le sens du nouvel ouvrage de notre ami Thierry Paquot.

Dans une école, c’est l’âme de l’enfant qui va grandir,
et le bâtiment doit l’inciter à prendre son essor,
non le comprimer comme une chaussure chinoise. »
 
Hassan Fathy,
Construire avec le peuple, 1969.
Trop rares sont les écoles qui se construisent en prenant en compte les attentes et les souhaits des enfants pour le lieu qu’ils sont amenés, pourtant, à fréquenter environ 8 heures par jour et au moins 36 semaines par an.
Aujourd’hui, les établissements scolaires sont résumés, en priorité, à des programmes devant s’adapter à un nombre, un effectif, une norme d’espace rapportée à un calcul précieux de x enfants, projetée sur une tendance démographique, variant d’un territoire à l’autre.
Une statistique. Voilà à quoi se résume la place de l’enfant dans l’école ou même dans la ville…
Est-ce là un moyen pour l’enfant de tisser une relation pérenne et qualitative avec son territoire de vie ? Quand on comprend l’importance que représente l’école dans le quotidien des plus jeunes, n’est-il pas essentiel de réfléchir à l’architecture et à l’agencement de leur « deuxième maison » ?
La réponse qui semble évidente est celle sur laquelle le philosophe Thierry Paquot a souhaité réfléchir en proposant au lecteur des pistes pour entrevoir une autre place des plus jeunes dans les territoires. Un voyage au Pays de l’enfance, qui est à retrouver en ce moment en librairie.
Pays de l’enfance, Thierry Paquot, collection L’Esprit des Villes, 254 p., 20 €.
Découvrir le livre et se le procurer : https://terreurbaine.com/pays-de-lenfance/

Lire toutes les brèves