Politique(s) de la décroissance, Propositions pour penser et faire la transition

Le livre Politique(s) de la décroissance, Propositions pour penser et faire la transition écrit par Michel Lepesant sortira dans les prochains jours en Librairie.

Il ne suffit plus de dénoncer l’impasse de la croissance, d’annoncer la catastrophe qui vient, de prophétiser tel ou tel effondrement. Ce livre explore de ce qui pourrait être la nouvelle phase de la décroissance définie comme transition d’une société de croissance à une société d’a-croissance. « Entre le rejet du monde d’hier et le projet de celui de demain, c’est d’un trajet dont nous avons besoin, pour ici et maintenant. Et pour ce faire, quels rapports les décroissants doivent-ils entretenir avec le/la/les politiques ? » annonce en introduction Michel Lepesant. Les initiatives concrètes et les expérimentations minoritaires tolérées par le système dominant sont-elles suffisantes pour préfigurer le monde convivial et serein de demain ? La juste critique du gaspillage ne risque-t-elle pas de dériver vers une injuste et indécente défense de la pénurie ?

Ce livre s’adresse aux décroissants et plus largement à tous ceux, et ils sont nombreux, que ce mot, cette philosophie ou ce mouvement, interpellent.

Michel Lepesant habite dans la Drôme où il tire un revenu d’existence de l’enseignement de la philosophie. Il anime le Mouvement des Objecteurs de Croissance (MOC) et est à l’origine de plusieurs projets d’alternatives concrètes: co-fondateur d’une monnaie locale complémentaire, « la Mesure », d’une AMAP et d’une association de producteurs-consommateurs. Il vient de coordonner deux ouvrages collectifs: «Notre décroissance n’est pas de droite» (Ed. Golias, novembre 2012) et «L’antiproductivisme. Un défi pour la gauche ? » (Parangon, mai 2013).


Lire toutes les brèves