Pour en finir avec la vitesse

Le rapport à la vitesse reste largement un impensé de notre société. Et pourtant, la vitesse agit comme un opérateur fondamental de l’espace-temps. En réduisant le temps de déplacement, elle vient diminuer les distances et ainsi écraser l’espace. Ces transformations ont des implications multiples, allant de notre rapport au monde à l’amménagement du territoire, en passant par nos modes de vie. Si elles permettent une accélération des déplacements, il est indispensable de s’arrêter un instant afin de réfléchir à ce qu’elle implique pour notre humanité.

En effet, si la vitesse véhicule une promesse de liberté, si elle flatte notre aspiration prométhéenne à l’accroissement inexorable de puissance, elle vient avec un prix que nous avons du mal à appréhender. Dans celui-ci, nous pouvons tout même identifier la fatigue, le stress, les inégalités, le risque systémique, la congestion et la pollution. Nous remarquons que la trajectoire actuelle est à l’accélération de la vitesse, et cela malgré les avancées du numérique. Plutôt que ralentir les rythmes de déplacements, la numérisation de notre existence accroît encore la vitesse de notre existence.

Est-il alors encore possible de sortir de l’emprise de la vitesse?

Les auteurs, Tom Dubois, Christophe Gay, Vincent Kaufmann et Sylvie Landriève du forum Vies Mobiles donnent sur le sujet un point de vue inédit et proposent de réorganiser le territoire pour permettre de vivre en plus grande proximité et répondre aux enjeux climatiques.

DUBOI Tom, Christophe GAY, Vincent KAUFMANN et Sylvie LANDRIEVE, Pour en finir avec la vitesse, L’Aube, 2021, 15€.


Lire toutes les brèves