14 octobre 2013

L’hypothèse Gaïa

Séminaire du 18 octobre 2013 par Ghislain Nicaise

L’hypothèse Gaïa ou hypothèse biogéochimique, principalement soutenue par James Lovelock, peut être considérée comme une contribution majeure de l’écologie scientifique. Elle propose que l’ensemble des êtres vivants et leur environnement se comportent comme un organisme régulant ses propres conditions de survie. Contrairement à une opinion répandue, on ne peut pas dire que la biodiversité s’épanouit sur Terre parce que les conditions favorables y sont stables. Il faut retourner la proposition : ces conditions favorables sont maintenues par l’action des êtres vivants. 

Lire l’intégralité de l’article.


Auteur: GhislainNicaise



Tous les articles de GhislainNicaise :

La permaculture pour préparer l’après-pétrole
Culte de la croissance et difficulté de l’innovation
L’hypothèse Gaïa
Encyclique du pape François : un plaidoyer pour la décroissance
Les trois racines de l’écologisme
Les cinq stades de l’effondrement, par Dmitry Orlov
Contribution à l’étude de l’état d’une planète vivante en crise, Sol3