1 octobre 2012

Quo­tas indi­vidu­els de car­bone, rationnement et respon­s­abil­ité

Séminaire du 15 juin 2012 par Mathilde Szuba

« Et en 1871, dans Paris assiégé, lorsque le peuple veut faire un effort suprême pour résister à l’envahisseur, que réclame-t-il ? — Le rationnement ! » Pierre Kropotkine, 1887

Les penseurs de la décroissance se reconnaissent dans la thèse centrale d’une finitude des ressources naturelles, imposant des limites à la croissance. On retrouve également cette  finitude matérielle chez Nicholas Georgescu-Roegen, qui insiste sur la dégradation inéluctable de la quantité d’énergie utile, du fait de la loi thermodynamique de l’entropie.

C’est dans cette perspective que l’on peut comprendre le regain d’intérêt, ces dernières années, pour des formes de rationnement de l’énergie.

Lire l’intégralité de l’article.


Auteur: MathildeSzuba



Tous les articles de MathildeSzuba :

Quo­tas indi­vidu­els de car­bone, rationnement et respon­s­abil­ité
Le rationnement, outil convivial
Histoire et avenir du rationnement, de 1973 à demain