21 juillet 2019

Survivre à l’Anthropocène : gouverner l’excédent, nouvelle philosophie pour l’écologie politique ?

Séminaire du 10 mai 2019, par Enzo Lesourt

L’écologie politique est perçue comme la science de la rareté : raréfaction des ressources, de la biodiversité, etc. Sur la base d’une relecture de l’histoire de la philosophie politique (Platon, Machiavel, Saint-Simon) et des textes fondateurs de la civilisation judéo-chrétienne (L’Iliade et l’Odyssée, Remus et Romulus, Evangiles), et dans les pas du philosophe français George Bataille, nous formulons l’hypothèse que le défi structurant, pour qui veut assurer la longévité de la cité, est d’apprendre à dompter et gouverner le trop plein, l’excédent d’énergie, plutôt que de chercher à s’extraire de la rareté. Au moment où le péril d’effondrement écologique semble imminent, proposer une philosophie politique de l’excédent, du débordement, peut contribuer à défier la catastrophe. Cette enquête nous mènera jusqu’à l’économie des premiers hommes, telle qu’explorée par certains anthropologues anarchistes américains. Puissent-ils, par leur sagesse archaïque, nous aider à ne pas devenir les derniers …

Texte intégral à paraître

Enzo Lesourt est docteur en philosophie politique, diplômé de Sciences Po. Il est conseiller spécial d’Eric Piolle, maire de Grenoble. Il a publié André Gorz, portrait du philosophe en contrebandier (2011) et Survivre à l’anthropocène, par delà guerre civile et effondrement (2018).

Photo : Socialter